Vie de solitude et de silence

Introduction

La Solitude dans la vie d’une carmélite est une nécessité vitale pour tendre à la prière continuelle, à l’oraison, à l’écoute de Dieu et à Sa rencontre.

Notre Mère Sainte Thérèse d’Avila a cherché la solitude depuis son enfance jusqu’à sa mort. Elle nous invite à demeurer « seules avec le Seul » pour « être en perpétuelle relation d’amitié et d’amour avec le Seigneur ».

Notre Père Saint Jean de la Croix nous dit que « c’est dans la solitude que Dieu se communique à l’âme et s’unit à elle » (CS B) C’est cette rencontre de Dieu dans le silence que la carmélite veut vivre. La Solitude est le fondement de la vie d’une carmélite. C’est un attrait donné par Dieu qui nous fait vivre et persévérer.

La cellule

La cellule – ©Carmel de Laval

« Que chacun demeure seul dans sa cellule ou près d’elle, méditant jour et nuit la loi du Seigneur et veillant dans la prière. » (Règle du Carmel)

La cellule, mot qui surprend car il évoque d’abord le local réservé au prisonnier, ensuite en biologie, l’élément constitutif de tout être vivant.

Mais pour une carmélite ?

Bien plus qu’une simple chambre, la cellule est à la fois repos du corps et repos de l’âme et de l’esprit. Elle est le lieu d’unification et d’intériorisation de l’être. Je n’y suis jamais seule. Lorsque j’entre dans ma cellule, j’y suis toujours précédée et accueillie par Celui qui y demeure.

En refermant la porte, je laisse derrière moi tout ce qui peut me disperser ou m’éparpiller. J’entre dans un espace de silence et de solitude qui me libère de toutes peurs et toutes inquiétudes désordonnées. L’esprit libre, je puis alors m’adonner à l’oraison, à la lecture, à l’étude ou à un petit travail manuel (couture, dessin…) qui repose tout mon être et me fait entrer dans une attitude d’écoute et de présence vigilante.

La simplicité, la nudité et même l’austérité de ma petite cellule reflètent cet espace secret de mon cœur, espace sans limites et sans scories où Dieu se dit à mon âme, l’apaise, la purifie et la fortifie.

Demeurer au désert

L’ermitage intérieur – ©Carmel de Laval

Si la cellule est déjà au quotidien la chambre secrète de la vie d’une carmélite avec son Dieu, à divers moments de l’année, pour favoriser le renouvellement spirituel de la communauté, l’accent est mis sur l’aspect « ermite » de notre vocation.

Journée de désert :
Chaque mois, nous avons un jour que nous appelons ‘journée de désert communautaire’. Ce jour-là, nous prenons nos repas en solitude, et le grand silence habituel de Complies à Laudes se prolonge toute la journée.

Chaque sœur a de plus, la possibilité de prendre de temps à autre une journée de désert personnelle.

Retraite personnelle : De plus, une fois par an, chaque carmélite vit 10 jours en ‘ermitage’, en silence et dans la solitude pour faire sa retraite personnelle. Elle rejoint la communauté pour l’Eucharistie quotidienne et retourne dans son ermitage pour les autres offices de prière et pour un « cœur à cœur » avec Celui dont elle se sait aimée.

Petit bâtiment au fond du jardin, l’ermitage permet à la carmélite d’être en contact avec la nature : le chant des oiseaux, le souffle du vent dans les arbres, le chatoiement des couleurs se détachant sur le bleu du ciel, tout lui parle de l’amour de Dieu pour sa créature à travers sa création.

Retraite communautaire : Une fois par an, c’est au long de toute une semaine que la communauté est invitée à vivre un temps de solitude plus intense. La retraite est prêchée par un prêtre. Travail au ralenti, récréation supprimée, silence intensifié nous permettent de méditer et de savourer les enseignements reçus deux fois par jour.

L’ermitage du jardin – ©Carmel de Laval

La lecture spirituelle

Prier, c’est se mettre en contact avec l’Écriture, cette Écriture qui est une Lettre d’Amour du Père pour les hommes. Parole du Verbe de Vie, JÉSUS CHRIST, Parole de l’Esprit, Parole qui se donne, à laquelle je m’abandonne comme à une source de tendresse.

Pour nourrir sa vie d’oraison, chaque carmélite consacre environ une heure par jour à la lecture spirituelle : Méditation de l’Écriture Sainte, Lecture des textes de nos saints, ou des textes du Magistère et autres livres de théologie ou de spiritualité, ainsi, la carmélite entre dans une plus grande connaissance du Christ, une communion plus concrète avec l’Église et une connaissance en profondeur de la personne humaine.

Oratoire – ©Carmel de Laval