Carmel-de-Laval


Spectacle Vendredi 9 juin 2017


JPEG - 246.1 ko

à 20 h 00 au Carmel de LAVAL
Tarif : 12 €
8 € pour les étudiants et chômeurs ou selon ses possibilités

Réservation par tél 02 43 53 28 92 ou par :


 

"Il était une FOI Elisabeth Catez" ou l’obsession de Dieu d’après le livre de Didier Decoin du même titre.

JPEG - 865.6 ko
JPEG - 235.3 ko
JPEG - 74.3 ko

Ce spectacle retrace la vie de cette jeune femme hors du commun, Elisabeth CATEZ, (Sr Elisabeth de la Trinité), jeune virtuose du piano avec une grande sensibilité et appelée à vivre au carmel de Dijon le don total d’elle-même.
Cette histoire racontée avec beaucoup de poésie nous invite à plonger dans le mystère d’une vie très courte (26 ans) mais très intense qui rayonne encore
aujourd’hui dans le monde entier.

JPEG - 40.7 ko
JPEG - 35.7 ko
JPEG - 78.1 ko



Le 10 juillet 2015, Dominique Davin, Sandrine Chauveau sont déjà venus au Carmel jouer Teresa, je voudrais te dire

Cette fois, il s’agit de représenter une évocation à la fois réaliste et très symbolique de la vie d’Elisabeth de sa naissance (et même un peu avant) au camp militaire d’Avor en 1880 à sa mort au Carmel de Dijon en 1906.
Une comédienne et une clownesse vont vous guider dans ce voyage humain et spirituel qui vous amènera tout doucement jusqu’aux frontières mouvantes et indescriptibles entre le visible et l’invisible, l’émotion et le sourire, le concret et l’impalpable, le destin et la grâce.
Tout cela vécu avec la présence suggérée sur scène de tous les « personnages » qui ont été marquants pour Elisabeth et qui furent des pierres blanches sur son chemin vers la Vie. Mais, vous demanderez-vous certainement, que vient faire une clownesse dans cet univers de sainteté ?
Peut-être tout simplement nous rappeler que le mot spirituel a deux sens :
« Qui est de la nature de l’esprit, considéré comme une réalité distincte de la matière » Et « Qui manifeste du piquant, qui amuse, fait rire ».
Et donc, que ce n’est pas par hasard qu’un même mot désigne ces deux définitions ; mais surtout, cette présence clownesque nous dit qu’Elisabeth Catez est bien porteuse de ces deux aspects, et que cela devrait nous ouvrir à toute la richesse de son message et de son témoignage.
Notre monde en a un urgent besoin.
La femme, la clownesse. Deux faces d’une même pièce (c’est le cas de le dire). Deux mélodies différentes dans une même harmonie. Deux visages pour une unique figure de sainteté.
Un contraste saisissant pour une personnalité haute en couleur.