Carmel-de-Laval


Fr Jean Thierry Ebogo


 

La sainteté dans une vie ordinaire, c’est possible !

JPEG - 7.9 ko

Jean-Thierry Ebogo, camerounais, est retourné vers le Père il y a à peine 11 ans, le 5 janvier 2006 à 24 ans. Attiré dès l’âge de 8 ans par la vie de prêtre, il gardera toujours ce désir de vivre la sainteté dans le sacerdoce quand bien même il fut confronté à bien des comportements indignes de prêtres. Son secret est sa vie de prière intense, une profonde amitié avec le Christ. Cela ne l’empêchait pas d’avoir un caractère fort, parfois bagarreur, et une volonté tenace pas toujours facile à plier, mais il venait toujours demander pardon.

JPEG - 12.6 ko

Jean-Thierry avait à la fois conscience de sa faiblesse et de sa vocation à la sainteté. Dans un poème, il écrit : « Tu sais ce que je suis, tu sais que je ne suis rien qu’un homme, pauvre, faible et jamais satisfait. Tu sais que je suis tout cela. Tu ne te lasses pas de m’aimer. Tu ne peux m’abandonner ». Quand il perçoit sa faiblesse, le Christ lui répond : « Mais avec moi tu es fort. Puisque je suis là, puisque je te relève du sommeil ce matin, tu comprends que je suis avec toi, tu es à moi et je te protège ». A un camarade pas très convaincu de l’idéal de sainteté, il répond : « au contraire, pour moi, c’est déjà décidé, il faudrait que je te rappelle le but de toute vie chrétienne ».

JPEG - 10.1 ko

Cette sainteté va se manifester de manière héroïque durant le cancer qui va l’emporter. Il perçoit l’enjeu de sa maladie : « maintenant il te faudra du temps et de l’humilité pour comprendre et accepter d’être ce que le Seigneur voudrait que tu sois ». Un de ses médecins témoigne : « C’était quelque chose que non seulement je percevais, mais que je voyais dans toute son évidence : son offrande, en suppliant d’être amené et accompagné à accepter, en suppliant de recevoir la force nécessaire, pour vivre même l’invivable, l’incompréhensible, l’absurde, le non-sens ».

JPEG - 10.1 ko

Il a su témoigner de sa foi à tout moment, voyant dans les échecs affrontés, la main du Seigneur qui le guide en tout. Au moment où il est amputé, il écrit : « Peut-être doit-on perdre davantage de membres pour être tout au Christ. Mais à présent je suis prêt à tout, pourvu que seule sa volonté soit faite ». Ainsi, il entend la Sagesse divine lui dire au cœur de sa maladie : « Seul mon Père fait tout, tout ce qui est bien. Tu n’as pas besoin de pénétrer sa pensée : sois comme l’enfant dans les bras de sa mère, il ne se doute de rien, il va où sa mère le mène, il se préoccupe de prendre son lait au moment voulu, il ne demande pas s’il en reste pour demain ». Saurons-nous suivre ce chemin nous aussi, dans notre propre vie ? Ne prétextons pas de notre fragilité, ayons cette audace de croire en la grâce et de mener le combat ! Croyons-nous vraiment que c’est là seulement que se trouve notre bonheur ? Jean-Thierry écrivait : « La présence de Dieu à mes côtés, j’en suis fou. Tendresse sans limite, douceur sans pareil, je mourrai heureux ».

Fr. Marie-Joseph de l’Incarnation, ocd

Pour en savoir plus : en vente au Carmel de Laval, 21 rue du Carmel, 53000 LAVAL, Tél : 02 43 53 28 92 Contacter le Carmel de Laval :


Extraits des Manuscrits et Lettres (220 pages)
• Chemin de Croix et Rosaire avec Jean-Thierry
• Images de prière et dépliant

Site Internet en cours de création : www.jeanthierry.ocdafrica.org


Word - 513.3 ko
Livres, dépliants et signets sur Fr. Jean Thierry