Carmel-de-Laval


Eucharistie du 14 décembre présidée par Don Paul...


 
JPEG - 47.5 ko

A 8 h 00, l’Eucharistie du 14 décembre présidée par Don Paul Préaux, modératuer de la communauté Saint Martin

Voici quelques maximes de saint Jean de la Croix :

  • Le Seigneur a toujours découvert aux mortels les trésors de sa sagesse et de son esprit, mais maintenant que la malice découvre davantage son visage, il les découvre bien davantage.
  • O Seigneur mon Dieu, qui te cherchera avec un amour pur et simple qui ne te trouve selon son gré et son désir ? Car c’est toi qui te montres le premier et qui viens à la rencontre de ceux qui te désirent.
  • Bien que le chemin soit aplani et doux pour les hommes de bonne volonté, celui qui chemine, cheminera peu et avec peine s’il n’a bon pied et du courage et s’il ne s’obstine résolument à marcher.
  • Il vaut mieux être chargé près d’une personne forte qu’allégé auprès de celle qui est faible.
  • Lorsque vous êtes chargé, vous demeurez auprès de Dieu qui est votre force, lequel est avec ceux qui ont le coeur affligé. Mais quand vous êtes allégé, vous êtes près de vous-même qui êtes votre faiblesse. Car la vertu et la force de l’âme s’augmentent et se confirment dans les épreuves.
  • Celui qui veut vivre seul sans l’aide d’un maître ou d’un guide, sera semblable à un arbre qui est seul dans les champs et n’est sous le domaine de personne : ses fruits, même abondants, seront cueillis par les passants et ne pourront parvenir à maturité.
  • L’arbre cultivé et gardé par les bons soins de son maître donne du fruit au temps où on l’attend de lui.
  • Renoncez à vos désirs et vous trouverez ce que votre coeur désire : que savez-vous si votre appétit est selon Dieu ?
  • O très doux amour de Dieu mal connu, celui qui a trouvé tes veines peut se reposer.
  • Puisque votre amertume doit redoubler par l’accomplissement de votre volonté, gardez-vous de la contenter, quoique vous deviez demeurer dans l’amertume.
  • La mouche qui se pose sur le miel, s’empêche de voler ; et l’âme qui veut s’attacher à la saveur de l’esprit, met un obstacle à sa liberté et à sa contemplation.
  • Ne vous rendez point présentes les créatures, si vous voulez conserver le visage de Dieu clair et simple en votre âme ; mais plutôt évacuez et éloignez d’elles votre esprit et ainsi vous marcherez au milieu de lumières divines, car Dieu ne leur ressemble pas.
  • Pourquoi tardes-tu ? Pourquoi diffères-tu vu que tu peux dès ce moment aimer Dieu en ton coeur ?