Carmel-de-Laval


Mois de Mars consacré à Saint Joseph


 

Dans le Livre de la VIE, voici ce que dit sainte Thérèse sur saint Joseph :

JPEG - 133 ko
Saint Joseph

"Je pris pour avocat et maître le glorieux saint Joseph et je me recommandai beaucoup à lui. De cette détresse comme d’autres plus graves, où l’honneur et l’âme étaient en danger, je vis clairement mon père et Seigneur me tirer avec plus de profit que je ne savais lui en demander. Je n’ai pas souvenir, jusqu’à ce jour, de l’avoir jamais supplié de m’accorder quelque chose qu’il m’ait refusé. Les grandes faveurs que Dieu m’a faites par l’intermédiaire de ce bienheureux saint sont chose stupéfiante, ainsi que les périls dont il m’a sauvegardée, corps et âme ; il semblerait que le Seigneur a donné à d’autres saints le pouvoir de nous secourir dans certains cas, mais l’expérience m’a prouvé que ce glorieux saint nous secourt en toutes circonstances ; le Seigneur veut ainsi nous faire entendre que de même qu’il fut soumis sur terre à celui qu’on appelait son père, qui était son père nourricier, et qui à ce titre pouvait lui commander, il fait encore au ciel tout ce qu’il lui demande. D’autres personnes à qui j’ai conseillé de se recommander à lui ont fait, elles aussi, la même expérience ; et encore aujourd’hui nombreux sont ceux dont la ferveur à son égard est renouvelée par l’expérience de cette vérité.

7 Je tâchais de célébrer sa fête avec toute la solennité possible, mais j’y mettais plus de vanité que d’esprit, malgré mes bonnes intentions, voulant que tout fût d’un grand raffinement et fait au mieux. J’avais ceci de mauvais : si le Seigneur m’accordait la grâce d’accomplir quelque chose de bien, j’y mêlais beaucoup d’imperfections et d’erreurs. Pour le mal, les raffinements, les vanités, j’étais fort ingénieuse et diligente ; que le Seigneur me pardonne. Je voulais persuader tout le monde d’avoir de la dévotion pour ce glorieux saint, car j’avais une grande expérience des bienfaits qu’il obtient de Dieu. Jamais je n’ai connu quelqu’un qui ait pour lui une sincère dévotion et le serve tout particulièrement sans mieux progresser dans la vertu ; les âmes gagnent beaucoup à se confier à lui. Depuis plusieurs années, ce me semble, que je lui demande quelque chose le jour de sa fête, il m’a toujours exaucée ; lorsque ma demande n’est pas tout à fait juste, il la redresse, pour mon plus grand bien. .

8 Si j’étais une personne d’assez d’autorité pour écrire, je m’attarderais de bon cœur à dire par le menu les faveurs que ce glorieux saint a accordées à moi-même et à d’autres ; mais pour ne pas dire plus qu’on ne m’a commandé, je serai plus brève sur certains points que je ne le voudrais, et sur d’autres plus longue qu’il ne le faudrait ; je me montrerai enfin comme à l’habitude, peu habile à bien faire. Je demande seulement, pour l’amour de Dieu, à ceux qui ne me croient pas d’en faire l’épreuve ; l’expérience leur montrera combien il est bienfaisant de se confier à ce glorieux patriarche et d’avoir de la dévotion pour lui. Les personnes d’oraison, en particulier, devraient toujours s’attacher à lui ; car je ne sais comment on peut penser à la Reine des Anges, au temps qu’elle vécut auprès de l’enfant Jésus, sans remercier saint Joseph de les avoir si efficacement aidés. QUE CEUX QUI NE TROUVERAIENT PAS DE MAITRE POUR LEUR ENSEIGNER L’ORAISON PRENNENT POUR MAITRE CE GLORIEUX SAINT, ET ILS NE S’EGARERONT PAS EN CHEMIN."

JPEG - 1.4 Mo
Saint Joseph