Carmel-de-Laval


Les Fêtes au carmel en juillet et août


Notre Dame du Mont CARMEL

Le 20 Juillet, l’Ordre du Carmel célèbre la Fête de Saint Elie

 
Les Fêtes au carmel en juillet et août


13 Juillet
Sainte Thérèse de Jésus, dite des Andes, vierge de notre Ordre
(Mémoire facultative)
Juana Fernandez Solar est née en 1900 à Santiago du Chili. Dès son adolescence, elle se sentait attirée par le Christ de façon irrésistible. A lâge de 16 ans, elle découvre l4Histoire dune âme, s’initie à la doctrine de Ste Thérèse sur loraison, et se laisse fasciner par les écrits d’Elisabeth de la Trinité qui l’appellent à une vie d’adoration et de louange de Dieu. Le 7 avril 1919, elle entre au Carmel des Andes (Chili), où elle prend le nom de Sr Thérèse de Jésus. Elle devait y mourir du typhus le 12 avril 1920, après avoir émis ses voeux à l’article de la mort. Béatifiée par Jean-Paul II à Santiago du Chili le 3 avril 1987, elle a été canonisée à Rome le 21 mars 1993. Proposée comme modèle aux jeunes, première sainte du Carmel thérésien en Amérique latine, elle ne cesse de nous affirmer sa certitude que Dieu est une joie infinie.

16 Juillet
Commémoration solennelle de Notre-Dame du Mont Carmel
(Solennité)
Le Carmel célèbre aujourd’hui la solennité de la Vierge Marie, la Mère très aimée. à laquelle l’Ordre du carmel doit tout. Dans la tradition des Ecritures, la montagne et la solitude sont des endroits propices à la prière contemplative et à la rencontre du Dieu vivant. Or la tradition rapporte que des ermites, se nommant Frères de la Bse Vierge Marie vécurent jadis sur le Mont Carmel. Ils y construisirent une chapelle, et demandèrent une Règle de vie au patriarche de Jérusalem. C’est ainsi que l’origine de l’Ordre se situe, à la fin du XIIème siècle, avant son expansion rapide en Europe occidentale où, sans perdre leur vocation contemplative, les Frères commencèrent à faire de l’apostolat. Aujourd’hui, la liturgie se fait action de grâce au Père pour le don immense de son amour, dans la contemplation du mystère de Marie et de sa mission comme Mère universelle des hommes et comme Reine du Carmel. Marie est la Vierge priante, modèle pour tous nos religieux dans la méditation, la réalisation et la prédication de la Parole. Elle est la Mère qui nous accompagne dans la croissance de notre vie chrétienne, depuis les eaux du baptême jusqu’à lentrée dans la gloire, jusqu’à la plénitude du Christ. Et le don du Scapulaire, comme signe de protection, encouragement à limitation et promesse des réalités eschatologiques, veut être une synthèse de notre dévotion à la Vierge, Mère et Reine du Carmel. Ainsi la liturgie chante le mystère de Marie, tandis que le Carmel loue Dieu pour les merveilles réalisées en elle, et pour les biens reçus par elle.

17 juillet - Bienheureuse Thérèse de Saint Augustin et ses compagnes, martyres de notre Ordre ( Mémoire obligatoire)
Les 16 Carmélites du monastère de l’Incarnation de la ville de Compiègne, en apprenant les graves événements de la Révolution française, firent le voeu de mourir martyres, s’offrant à Dieu comme victimes pour apaiser sa justice et implorer la paix en faveur de l’Eglise. D’abord expulsées de leur monastère, elles furent arrêtées et emprisonnées le 24 juin 1794. Durant leur détention, elles ne cessèrent de communiquer leur joie et leur acceptation de la volonté divine aux autres prisonniers, les encourageant à puiser leur force dans l’amour de Dieu. Condamnées à mort pour leur fidélité inébranlable à l’Eglise et à leur consécration religieuse, pour leur dévotion aux Sacrés Coeurs de Jésus et de Marie, elles montèrent courageusement à l’échafaud après avoir renouvelé leur profession religieuse, en chantant des hymnes liturgiques. C’est ainsi quelles moururent guillotinées à Paris, le 17 juillet 1794.


19 juillet - Notre-Dame de la divine Grâce (Mémoire obligatoire)
Prédestinée de toute éternité comme Mère de Dieu en vue de l’Incarnation du Verbe, par disposition spéciale de la divine Providence, la T.S.Vierge a été sur la terre une digne Mère du divin Rédempteur, en même temps que sa compagne généreuse entre toutes, restant toujours l’humble servante de son Seigneur. Après lavoir conçu, élevé, présenté à son Père au temple, elle a souffert avec son Fils mourant sur la croix, coopérant jusqu’à la fin et de manière éminente à l’oeuvre du Sauveur par son obéissance, sa foi, son espérance et sa charité ardente, afin de restaurer la vie surnaturelle dans nos âmes. C’est ainsi quelle est vraiment notre mère dans l’ordre de la grâce (L.G. 61).

20 Juillet Saint Elie, prophète (Fête)
Le prophète Elie, qui vécut au IXème siècle avant Jésus-Christ, apparaît dans la Bible comme un homme de Dieu qui se tient en présence du Seigneur et, tout brulant de zèle, combat pour le culte du Dieu unique et vrai. Il prend la défense de Dieu dans le célèbre défi du Mont Carmel. Ensuite il est gratifié dune expérience spirituelle intime du Dieu vivant sur le Mont Horeb (Sinaï). Ver le XIIème siècle, les premiers ermites qui inaugurèrent la vie cénobitique en honneur de la Vierge Marie sur le Mont Carmel fixèrent leur regard sur Elie, conformément à la tradition monastique en vigueur, prenant comme modèles de vie le prophète lui-même et la Vierge Marie.

24 Juillet
Bienheureuse Marie Mercedes Prat ,
martyre (Mémoire facultative)
Née à Barcelone le 6 mars 1880, Marie Mercedes Prat est entrée le 27 août 1904 dans la Compagnie de Ste Thérèse de Jésus. Enseignante, elle exerce sa profession avec grand dévouement, dans un don total à Dieu et au prochain. Sa vie religieuse est caractérisée par la simplicité limpide de son témoignage. La guerre civile espagnole la surprit à sa Maison-Mère de Barcelone, où elle avait vécu de nombreuses années. Et les désordres des premières journées de lutte firent d’elle l’une des premières victimes de Barcelone. Détenue par des miliciens en même temps qu’une de ses compagnes de communauté, elle subit plusieurs tourments moraux, avant d’être fusillée avec un groupe de prisonniers, dans un faubourg de Barcelone, la nuit du 25 juillet 1936. Durant sa longue agonie, elle ne cessa d’exprimer son pardon à ses bourreaux, avant d’expirer au matin du 25 juillet. Elle a été béatifiée par Jean-Paul II le 29 avril 1990.

24 Juillet
Bienheureuses Marie-Pilar, Thérèse et Marie-Ange
, vierges et martyres de notre Ordre (Mémoire facultative
Marie-Pilar de St François de Borgia naquit à Tarazona le 30 décembre 1877 ; Thérèse de l’Enfant-Jésus et de St Jean de la Croix à Mochales le 5 mars 1909 ; Marie-Ange de St Joseph à Getafe le 6 mars 1905. Toutes trois firent leur profession religieuse au monastère St Joseph des Carmélites de Guadalajara (Espagne). Et toutes trois souffrirent le martyre le 24 juillet 1936, après avoir confessé leur foi au Christ-Roi et offert leur vie pour l’Eglise, devenant ainsi les prémices de la foule des martyrs de la guerre civile espagnole de 1936-1939. Elles ont été béatifiées par Jean-Paul II le 29 mars 1987, rappelant à l’Eglise un témoignage qui est toujours d’actualité.

27 Juillet
Bienheureux Titus Brandsma
,
prêtre et martyr, Carme (Mémoire facultative)
Titus Brandsma, Hollandais, Carme de l’Ancienne Observance, est né à Bolsward en 1881. Très jeune, Il se dirigea vers le Carmel, où il entra y fit profession. Ordonné prêtre en 1905, docteur en philosophie, il se consacra à l’enseignement dans divers instituts de son pays. Puis il enseigna la philosophie et l’histoire de la mystique à l’Université catholique de Nimègue, dont il devint le Recteur. Journaliste professionnel, il fut désigné comme conseiller ecclésiastique des journalistes catholiques en 1935. C’est alors qu’il traduisit une partie des oeuvres de Ste Thérèse d’Avila. Sa disponibilité était constante et ouverte à tous. A partir de 1938, il lutta courageusement contre la diffusion de l’idéologie national-socialiste, réclamant la liberté de l’école et de la presse catholiques. Arrêté pour cette raison, il souffrit un long calvaire de prisons , avant d’être finalement interné au camp de Dachau, où il s’appliqua encore à transmettre sa sérénité à ses compagnons, à faire du bien à ses tortionnaires. Il commença même à écrire une biographie de Ste Thérèse. Après avoir été soumis à des expériences biochimiques, il mourut le 20 juillet 1942 par injection d’un poison mortel. Jean-Paul II la proclamé bienheureux le 3 novembre 1985.

28 Juillet Bienheureux Jean Soreth, prêtre de notre Ordre (Mémoire facultative)
Né à Caen (Normandie) en 1394, il entra au Carmel très jeune. Devenu maître en théologie, il fut d’abord préfet des études, puis Provincial, avant d’être élu Prieur Général de l’Ordre en 1451 ; charge qu’il devait assumer jusqu’à sa mort à Angers en 1471. Dans l’histoire, son nom reste associé à la transformation de quelques béguinages des Pays-Bas en monastères de Carmélites. Le mouvement ainsi lancé se répandit en France avec Françoise d’Amboise, duchesse de Bretagne (1427-1485), puis en Italie et en Espagne. Comme supérieur général de l’Ordre, Jean s’efforça de convaincre ses frères de mener une vie religieuse plus rigoureuse ; il écrivit pour eux un commentaire de la Règle, et publia en 1462 des Constitutions révisées. En tout cela, il fut un précurseur de Thérèse de Jésus, un siècle avant elle.

7 Août Saint Albert de Trapani, prêtre de notre Ordre (Mémoire obligatoire)
Né à Trapani au XIIIème siècle, entré au Carmel très jeune, Albert passa toute sa vie en Sicile, où il mourut probablement en 1307, au couvent de Messine. Amour de la pureté et fidélité à l’oraison sont les traits principaux de sa physionomie spirituelle. Prédicateur fougueux, il devint Provincial de Sicile en 1296. On sait de lui qu’il faisait des miracles de son vivant ; c’est pourquoi, dès sa mort, son culte se répandit très vite et devint très populaire, la légende complétant l’histoire.

9 Août
Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix
, martyre de notre Ordre (Fête en Europe)
Edith Stein est née à Breslau le 12 octobre 1891, dans une famille juive. Au cours de son adolescence, elle perd ses appuis religieux et côtoie un moment l’athéisme. De brillantes études universitaires font d’elle une philosophe remarquée de ses professeurs et de ses collègues. Bientôt la lecture de l’autobiographie de Ste Thérèse apporte la vérité à son coeur et à son esprit. A partir de son baptême en 1922, sa vie spirituelle s’approfondit, fécondant ses activités d’enseignante et d’éducatrice. A 42 ans, elle entre au Carmel de Cologne, sous le nom de Sr Thérèse-Bénédicte de la Croix. Le 2 août 1942, elle est arrêtée au cours de son oraison à la chapelle. Ayant offert sa vie en holocauste pour son peuple d’Israël, elle meurt martyre de la foi chrétienne dans une chambre à gaz du camp d’Auschwitz le 9 août 1942, en pleine persécution nazie. Femme d’intelligence et de culture exceptionnelles, ses nombreux écrits sont dune doctrine élevée et dune grande profondeur spirituelle. Elle a été béatifiée à Cologne par Jean-Paul II le 1er mai 1987, puis canonisée à Rome le 11 octobre 1998, et finalement proclamée Patronne de l’Europe le 1er octobre 1999.

16 Août
Bienheureuse Marie-Sagrario de St Louis de Gonzague
, martyre de notre Ordre (Mémoire facultative)
Elle naquit à Lillo (Tolède) le 8 janvier 1881. De bonnes études de pharmacie firent d’elle l’une des première femmes espagnoles qualifiées dans cette profession En 1915, elle entrait au Carmel de sainte Anne et saint Joseph, à Madrid, où son esprit d’oraison et son amour de l’Eucharistie lui donnèrent d’incarner parfaitement l’idéal contemplatif et ecclésial du Carmel thérésien. Prieure de sa communauté, elle accueillit le martyre comme une grâce ardemment désirée, avec toute sa foi et son amour du Seigneur crucifié, au matin du 15 août 1936.

18 Août
Bienheureux Jean-Baptiste, Michel-Louis et Jacques
, prêtres et martyrs de notre Ordre (Mémoire facultative)
Jean-Baptiste Duverneil naquit à Limoges, probablement en1737, Michel-Louis Brulard à Chartres le 11 juin 1758, et Jacques Gagnot à Frolois le 9 février 1753. Tous trois suivirent la vocation au Carmel, où leur vie fut une généreuse préparation pour le martyre qui leur était réservé. En effet, arrêtés pour leur fidélité à Dieu, à l’Eglise et au Pape, il firent partie du groupe des 64 prêtres et religieux entassés sur les deux navires-prisons ancrés dans la rade de Rochefort (France) en 1794-95. Témoins du Christ et de son message d’amour, ils sont restés jusqu’au bout fidèles à leur idéal et à leurs engagements, prodiguant leurs services aux autres détenus et devenant ainsi d’authentiques imitateurs du Seigneur. Epuisés de souffrances physiques et morales, ils moururent : le P.Jean-Baptiste le 1er janvier 1794, le P.Michel-Louis le 25 janvier, et le P.Jacques le 10 septembre de la même année.

25 Août
Bienheureuse Marie de Jésus Crucifié
, vierge de notre Ordre (Mémoire facultative) Fêtée le 30 aout en France.
Mariam Baouardy est née dans un village de Galilée, Abellin, en1846. Fiancée de force à 12 ans, son refus lui vaut une blessure mortelle dont elle guérit miraculeusement. Après avoir été servante dans des familles à Alexandrie, Jérusalem et Beyrouth, elle fait un court essai infructueux de vie religieuse à Marseille, avant d’entrer à 21 ans comme Soeur converse au Carmel de Pau, sous le nom de Sr Marie de Jésus Crucifié. Plus tard, elle participe à la fondation du Carmel de Mangalore, en Inde (1870), revient en France en 1872, et repart vers la Terre-Sainte pour la fondation des Carmels de Béthléem et de Nazareth. Les nombreux phénomènes mystiques qui émaillent sa vie ne doivent pas nous cacher l’essentiel : une merveilleuse humilité, une très grande charité fraternelle, une totale remise de soi entre les mains de l’Esprit-Saint, une grande dévotion à l’Eglise et au Pape. Elle mourut au Carmel de Bethléem en 1878.

26 Août
Transverbération du coeur de notre Mère Ste Thérèse de Jésus
(Mémoire facultative)
L’année 1560 marque un tournant dans la vie de Ste Thérèse. En janvier, elle a une vision du Christ ressuscité ; en avril, elle reçoit la grâce de la transverbération ; en août, elle a la vision de l’enfer. Cest alors quelle fait le voeu du plus parfait, et songe à former un couvent réformé. Parmi les vertus de Thérèse, la charité divine a brillé d’un éclat particulier. Et cet amour sest avivé en elle, grâce aux innombrables visions et révélations dont le Seigneur la favorisée. Un jour, il la prise pour épouse. Une autre fois, Thérèse a vu un ange lui transverbérer le coeur avec un dard enflammé. Comme fruit de ces grâces célestes, Thérèse s’est sentie tellement embrasée d’amour divin jusqu’au plus profond d’elle-même que, par une inspiration divine, elle a émis le voeu extrêmement difficile de faire toujours ce qui lui semblerait le plus parfait pour la gloire de Dieu (Grégoire XV, bulle de canonisation).