Carmel-de-Laval


La Croix Glorieuse


14 Septembre 2011

Fête de l’Exaltation de la Croix pour les catholiques latins et orientaux.

 

Cette fête doit son origine à la dédicace de la basilique du St Sépulcre, à Jérusalem, sous l’empereur Constantin (335). Il semble qu’à cette époque déjà, cet édifice renfermait les reliques de la Croix, qui ont semble t-il été retrouvées par Sainte Hélène. Enlevées par les Perses, elles furent récupérées en 630, après une victoire de l’empereur Héraclius qui les rapporta aux lieux saints et dans laquelle on se plut à voir un triomphe de la croix.

POUR MEDITER

Dans la Croix est la vie
Et la consolation,
Elle seule est le chemin
Qui mène au ciel.

Thérèse d’Avila

Bénis l’esprit brisé des souffrants,
la lourde solitude des hommes,
l’être qui ne connaît nul repos,
la souffrance qu’on ne confie
jamais à personne.

Et bénis le cortège
de ces noctambules
que n’épouvante pas le spectre
des chemins inconnus.
Bénis la misère des hommes
qui meurent en cette heure.
Donne-leur, mon Dieu,
une bonne fin.

Bénis ceux qui sont dans la joie, Seigneur,
protège-les.
Moi, tu ne m’as jamais,
à ce jour, délivrée de la tristesse.
Elle me pèse parfois beaucoup.
Néanmoins tu me donnes ta force
et je peux ainsi la porter.

Édith Stein


"Ainsi faut-il que le Fils de l’Homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle." (Jn 3, 14-15)

JPEG - 43.3 ko
Croix du choeur
JPEG - 38.4 ko

"Ne croyons pas pouvoir aimer sans souffrir, sans souffrir beaucoup....notre pauvre nature est là ! et elle n’y est pas pour rien ! ....C’est notre richesse, notre gagne-pain ! ... Elle est si précieuse que Jésus est venu sur la terre exprès pour la posséder. " (Lettre de ste Thérèse de l’Enfant Jésus n° 89)

JPEG - 40.2 ko
Croix du choeur

Aimer et être aimé entraînent à souffrir, puisque c’est en même temps s’ouvrir à l’autre jusqu’au don le plus extrême qui est le pardon et le laisser pénétrer en nous jusqu’à l’échec possible de l’incompréhension. Le chemin d’amour de Jésus devient le mien.


(Extrait de VIVRE L’EVANGILE AU FIL DES JOURS de C. Tonnelier)