Carmel-de-Laval


3ème Dimanche de l’Avent-A-


 


LE PEUPLE ÉTAIT EN ATTENTE -Le Désir de Dieu

Vivre le long désir de l’attente dans l’espérance.

Avec cette bonne espérance
qui d’en-haut leur venait,
le chagrin de leurs peines
plus léger pour eux se faisait,
mais l’espérance à long terme
et le désir qui croissait
de se réjouir avec leur Époux
sans cesse les affligeaient ;
ce pour quoi avec des prières,
des soupirs et un désir ardent,
avec des larmes et des gémissements,
nuit et jour ils le priaient
qu’enfin il se déterminât
à leur donner sa compagnie.
Les uns disaient : « Oh ! si venait
de mon temps la joie ! »
D’autres : « Achève, Seigneur,
celui que tu dois envoyer, envoie-le ! »
D’autres : « Oh ! si enfin tu déchirais
ces cieux, et je verrais
de mes yeux que tu descendes,
et ma plainte cesserait !
Pleuvez, nuages, d’en-haut,
la terre le demandait
et que maintenant s’ouvre la terre,
qui nous produisait des épines,
et qu’elle produise cette fleur
avec laquelle elle fleurirait ! »
D’autres disaient : « Oh ! bienheureux
celui qui en tel temps vivrait
où il mériterait de voir Dieu
avec les yeux qu’il avait,
de le toucher de ses mains
et de marcher en sa compagnie,
et de jouir des mystères
qu’alors il disposerait ! »

(Poème de saint Jean de la Croix, O.C.R. 5, p. 167-169)

Envoie ta lumière et ta vérité :
qu’elles guident mes pas
et me conduisent à ta montagne sainte,
jusqu’en ta demeure
(Ps 42)